Jésus a-t-il vraiment existé?

Jésus a-t-il vraiment existé? Est-il le Fils de Dieu?

 

L’annonce de la venue de Jésus dans ce monde fait partie des prophéties les plus remarquables. L’Ancien Testament fournit des détails précis sur son lieu de naissance (Bethléem, Mi 5:1 _ Lc 2:4), son ascendance (2 S 7:16 _Mt 1:1-17), sa double filiation, divine (Ps 2:7; 2 S 7:14 _ Hé 1:5) et humaine (Dn 7:13 _ Lc 21:27), ses œuvres (Es 42:7 _ Jn 9), la raison de sa venue (Es 53:4-5 _ Mc 10:45), la trahison pour 30 pièces d’argent (Za 11:12 _ Mt 26:15), ses souffrances et sa mort sur la croix (Ps 22 _ Lc 24:26), et sa résurrection (Os 6:2 _ Lc 24:46). Compte tenu du laps de temps de 400 ans qui sépare le dernier livre de l’Ancien Testament de l’époque néo-testamentaire, l’accomplissement des prophéties concernant Jésus- Christ revêt un relief particulier. Des auteurs païens témoignent aussi de l’existence de Jésus; on peut mentionner, entre autres, Tacite, l’historien romain, Suétone, l’archiviste de l’empereur Hadrien, Pline le Jeune, gouverneur de Bythinie et Thallus. Contentons-nous, dans le cadre de cet ouvrage, de reproduire une citation de l’historien juif Flavius Josèphe, né en 37 de notre ère:

 

«En ce même temps était Jésus, qui était un homme sage, si toutefois on doit le considérer simplement comme un homme, tant ses oeuvres étaient admirables. Il enseignait ceux qui prenaient plaisir à être instruits de la vérité, et il fut suivi non seulement de plusieurs Juifs, mais de plusieurs Gentils: c’était le Christ. Des principaux de notre nation l’ayant accusé devant Pilate, il le fit crucifier. Ceux qui l’avaient aimé durant sa vie ne l’abandonnèrent pas après sa mort. Il leur apparut vivant et ressuscité le troisième jour, comme les saints prophètes l’avaient prédit et qu’il ferait plusieurs autres miracles» (Antiquités Juives XVIII.3.3).

 

A deux reprises, à son baptême (Mt 3:17) puis lors de la Transfiguration (Mc 9:7), Dieu lui même atteste que Jésus est son Fils; quand l’ange apparut à Marie, il lui annonça que Jésus serait le Fils du Dieu Très-haut (Lc 1:32). Devant le gouverneur Pilate (Mt 26:63-64) comme devant 22 le grand-prêtre Caïphe (Lc 22:70), Jésus se déclare Fils de Dieu. Des hommes et des femmes aux origines les plus diverses ont affirmé que Jésus est Fils de Dieu:

 

  • Pierre: «Tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant» (Mt 16:16);
  • Jean: «Si quelqu’un déclare que Jésus est le Fils de Dieu, Dieu demeure en lui et il demeure en Dieu» (1 Jn 4:15);
  • Paul: «Je vis dans la foi au Fils de Dieu» (Ga 2:20);
  • Marthe, de Béthanie: «Je crois que tu es le Messie, le Fils de Dieu, celui qui devait venir dans le monde» (Jn 11:27);
  • Nathanaël: «Maître, tu es le Fils de Dieu» (Jn 1:49);
  • le centurion romain présent à la crucifixion: «Il était vraiment le Fils de Dieu» (Mt 27:54);
  • le ministre éthiopien des finances: «Je crois que Jésus-Christ est le Fils de Dieu» (Ac8:37)

 

Le diable lui-même sait que Jésus est le Fils de Dieu (Mt 4:3-6), et les démons le reconnaissent comme tel (Mt 8:29). Le fait que Jésus soit le Fils de Dieu était une pierre d’achoppement pour les Pharisiens, les scribes, les prêtres et le peuple révolté d’autrefois (Jn 19:7); ce fait reste aujourd’hui inacceptable pour les juifs comme pour les musulmans. Mais si Jésus n’avait été qu’un «frère» (Shalom Ben Chorin), un «fils parmi les fils» (Zahrnt), un homme exemplaire ou un réformateur, il n’aurait pas pu devenir notre Rédempteur et notre Sauveur; il l’est devenu parce qu’il était vraiment le Fils du Dieu vivant (Mt 16:16).