Comment est-on sauvé: par la foi ou par les œuvres?

Le Nouveau Testament contient deux affirmations qui semblent contradictoires à première vue:

 

a) Salut par la foi: «Car nous pensons que l’homme est justifié par la foi, sans les œuvres de la loi» (Rm 3:28).

 

b) Salut par les œuvres: «Vous voyez que l’homme est justifié par les oeuvres, et non par la foi seulement» (Jc 2:24).

 

La vérité centrale du Nouveau Testament, c’est que celui qui croit au Seigneur Jésus est sauvé (Jn 3:16; Mc 16:16; Ac 13:39; 16:31). Cette foi ne consiste pas seulement à admettre comme vrais les faits bibliques, mais à entretenir une relation personnelle avec le Fils de Dieu: «Celui qui a le Fils a la vie» (1 Jn 5:12). Quiconque se convertit au Seigneur Jésus expérimente le plus grand bouleversement de sa vie. Sa nouvelle façon de vivre et ses oeuvres sont la preuve visible du changement opéré en lui: «Si vous m’aimez, vous obéirez à mes commandements» (Jn 14:15); «vous parlerez de moi» (Jn 15:27); «faites valoir vos dons jusqu’à ce que je revienne» (Lc 19:13); «servez le Seigneur» (Rm 12:11); «aimez vos ennemis» (Mt 5:44); «ne rendez à personne le mal pour le mal» (Rm 12:17); «n’oubliez pas l’hospitalité» (Hé 13:2); «n’oubliez pas la bienfaisance et la libéralité» (Hé 13:16);

 

«prends soin de mes brebis!» (Jn 21:17). La foi qui sauve se traduit immanquablement par l’amour des autres, au nom de Jésus, e par la mise au service des autres des dons reçus. Le Nouveau Testament nomme un tel comportement «fruit» ou «oeuvre» de la foi. Celui qui ne traduit pas sa foi en œuvres est condamné: «Quant à ce serviteur bon à rien, jetez-le dehors, dans l’obscurité. C’est là qu’il pleurera et grincera des dents» (Mt 25:30). En opposition aux œuvres de la foi, l’Ecriture parle des oeuvres de la loi (Ga 2:16) ou des oeuvres mortes (Hé 6:1; 9:14). Ce sont les oeuvres de celui qui ne croit pas. Si donc deux personnes accomplissent les mêmes oeuvres, cela ne signifie nullement qu’elles toutes deux sont sauvées. Le contexte de Jacques 2:24 montre que la foi d’Abraham a produit des oeuvres concrètes:

 

Le patriarche a obéi à Dieu en quittant sa patrie (Gn 12:1-6) et en étant prêt à offrir son fils Isaac en sacrifice (Jc 2:21). De même, les oeuvres de l’ex-prostituée Rahab (Jc 2:25), à savoir l’hébergement clandestin des espions israélites, était une conséquence de sa foi en Dieu (Jos 2:11). Il est donc clair que la foi authentique est indissociable des oeuvres. De même qu’un corps sans âme est mort, ainsi la foi sans les œuvres est morte (Jc 2:26). Les versets mentionnés en a) et b) ne sont donc pas contradictoires; ce sont deux affirmations complémentaires.

 

Image : Rike / pixelio.de