Cours en ligne: Christ a aimé l’Eglise

Leçon: L'Église qui est son corps

>


«Christ a aimé l’Église et s’est livré lui-même pour elle.» Nous aussi devons aimer l’Église et, dans un sens, nous donner pour elle. Ce don de nous-mêmes doit se manifester par un service d’amour accompli dans la joie, l’abnégation et le dévouement, afin qu’ici-bas l’Église progresse, prospère et soit victorieuse.

Le but de ce cours est de considérer quelques-uns des principes les plus importants du Nouveau Testament quant au caractère et à la conduite de «l’Église, qui est son corps». Nous commencerons par passer en revue les grands faits immuables relatifs à l’Église universelle, puis nous montrerons de quelle manière chaque église locale a la responsabilité de témoigner concrètement de ces vérités.

Dès le début, il faut souligner le fait qu’il ne doit pas y avoir divorce entre la théorie et la pratique, entre la position doctrinale de l’Église et la manière dont elle s’y conforme en réalité. Les chrétiens qui composent une église locale doivent toujours être eux-mêmes un vivant témoignage à la vérité. Tout au long de notre étude, nous insisterons sur ce point.

Nous allons commencer par définir et décrire l’Église universelle.

Définition de l’Église

Dans le Nouveau Testament, le mot église est la traduction du mot grec ekklesia, qui signifie un «groupement appelé hors de…» un «rassemblement» ou une «assemblée». Étienne s’est servi de ce mot pour décrire Israël comme «l’assemblée au désert» (Actes 7.38). Dans le livre des Actes, il désigne aussi une foule païenne en émeute à Éphèse (Actes 19.32, 39, 40). Mais, dans le Nouveau Testament, il est employé le plus fréquemment pour un groupe de personnes qui croient au Seigneur Jésus-Christ. Ainsi Paul parle de «l’église du Seigneur, qu’Il s’est acquise par son propre sang» (Actes 20.28). Dans sa première lettre aux chrétiens de Corinthe, le grand apôtre divise le monde entier entre Juifs, Grecs (ou païens) et l’église de Dieu (1 Corinthiens 10.32). Dans la même lettre, il identifie l’église de Dieu à l’ensemble des croyants chrétiens qu’il persécutait avant sa conversion (1 Corinthiens 15.9).

On a souvent dit que l’Église n’est pas une organisation, mais un organisme. On veut dire par là qu’elle n’est pas une institution sans vie, mais une unité vivante. C’est la communauté de tous ceux qui partagent la vie du Christ et sont unis par le lien vivant du Saint-Esprit. On l’a appelée très justement «une pure communion de personnes, sans caractère institutionnel».

On trouve dans le Nouveau Testament un grand nombre de titres descriptifs donnés à l’Église. Un des meilleurs moyens d’arriver à bien comprendre ce qu’est l’Église est donc d’examiner la signification de chacun de ces titres. Voici ceux qui la décrivent le mieux.

1. Un troupeau (Jean 10.16)

La nation juive était une bergerie. L’Église est un troupeau. Dans Jean 10.16, le Seigneur Jésus a dit : «J’ai encore d’autres brebis qui ne sont pas de cette bergerie (Israël) ; celles-là, il faut que je les amène ; elles entendront ma voix, et il y aura un seul troupeau, un seul berger». L’idée du troupeau évoque un groupe de chrétiens vivant ensemble, jouissant des tendres soins du bon berger, écoutant sa voix et le suivant.

2. Le champ de Dieu (1 Corinthiens 3.9)

L’Église est le jardin de Dieu dans lequel il veut récolter du fruit pour sa gloire. C’est donc la pensée de porter du fruit qui est placée devant nous ici.

3. L’édifice de Dieu (1 Corinthiens 3.9)

Cette expression montre Dieu réalisant un programme de construction. Il ajoute des pierres vivantes à l’Église. Comme il est important que nos vies soient consacrées à ce travail de construction auquel Dieu porte un intérêt si vital !

4. Le temple de Dieu (1 Corinthiens 3.16)

Le mot «temple» nous fait penser à l’adoration et nous rappelle que le seul vrai culte que Dieu reçoit sur la terre, aujourd’hui, est celui des membres de l’Église. Il faut adorer Dieu en esprit et en vérité (Jean 4.23-24). Une telle adoration ne peut venir que de cœurs rachetés.

5. Le corps de Christ (Éphésiens 1.22-23)

Le corps est le moyen par lequel une personne s’exprime. Ainsi le corps de Christ est le moyen par lequel le Seigneur a choisi de parler au monde aujourd’hui. Lorsque le croyant aura saisi cette grande vérité, il ne pensera plus à l’Église comme à quelque chose de peu d’importance, mais il se consacrera sans réserve aux intérêts du corps de Christ.

6. Un homme nouveau (Éphésiens 2.15)

Ici, la notion d’une nouvelle création est mise en évidence. La plus grande de toutes les différences qui existait entre les hommes, celle entre Juifs et païens, a été abolie dans l’Église, et Dieu a fait de ces deux classes d’hommes un homme nouveau.

7. Une habitation de Dieu (Éphésiens 2.22)

Ce terme exprime le fait que Dieu habite maintenant dans l’Église, et non plus dans un tabernacle ou temple matériel comme dans l’Ancien Testament.

8. L’épouse de Christ (Éphésiens 5.22-27 ; 2 Corinthiens 11.2)

Cet aspect de l’Église met en relief l’idée d’affection. «Maris, que chacun ai-me sa femme, comme Christ a aimé l’Église et s’est livré lui-même pour elle, afin de la sanctifier en la purifiant et en la lavant par l’eau de la parole pour faire paraître devant lui cette Église glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irrépréhensible.» Puisque Christ a aimé l’Église et s’est donné pour elle, il serait normal qu’en retour elle soit remplie d’amour pour lui.

9. La maison de Dieu (1 Timothée 3.15)

Une maison parle d’ordre et de discipline. L’idée d’ordre est suggérée dans 1 Timothée 3.15 : «Afin que tu saches comment il faut se conduire dans la maison de Dieu». On trouve la notion de discipline dans 1 Pierre 4.17 : «Le jugement va commencer par la maison de Dieu».

10. La colonne et l’appui de la vérité (1 Timothée 3.15)

Une colonne, tout en soutenant un édifice, était souvent utilisée autrefois pour afficher des avis publics. C’était un moyen de proclamer quelque chose. L’Église de Dieu est donc ce qu’Il a établi pour annoncer, soutenir et défendre sa vérité. Par conséquent, il est juste de dire que, si les chrétiens veulent être dans la volonté de Dieu, ils doivent vouer tous leurs efforts à l’expansion et au bien spirituel de l’Église.

La mission de l’Église

Aujourd’hui, beaucoup sont fiers d’affirmer que leur mission est de prêcher l’évangile et ils se désintéressent de tout ce qui a trait à l’Église. Ils devraient remarquer que le ministère de l’apôtre Paul était double : 1) «annoncer aux païens les richesses incompréhensibles de Christ» et 2) «mettre en lumière quelle est la dispensation du mystère», c’est-à-dire leur donner une bonne base quant aux grandes vérités de l’Église (Éphésiens 3.8-9).

Origine de l’Église

De grands hommes de Dieu ont eu des opinions fortes divergentes quant au moment où l’Église a pris naissance. Beaucoup croient que l’Église est une continuation de la nation d’Israël dans l’Ancien Testament. D’autres soutiennent fermement que l’Église n’existait pas au temps de l’Ancien Testament, mais qu’elle a commencé dans la nouvelle dispensation. À l’appui de ce dernier point de vue nous trouvons quatre passages à considérer :

1. Dans Éphésiens 3.4-5, Paul parle de l’Église comme d’un mystère qui «n’a pas été manifesté aux fils des hommes dans les autres générations, comme il a été révélé maintenant par l’Esprit aux saints apôtres et prophètes de Christ». Puis, au verset 9, il déclare que l’Église est un «mystère caché de tout temps en Dieu», (voir aussi Colossiens 1.26 ; Romains 16.25-26). Ainsi l’Église était un secret gardé par Dieu dans tous les temps de l’Ancien Testament et jamais révélé jusqu’à la venue des apôtres et prophètes du Nouveau Testament.

2. Dans Matthieu 16.18, le Seigneur Jésus dit : «Sur cette pierre je bâtirai mon Église». Puisqu’Il en parle au futur, l’Église était encore à venir au moment où Il en parlait.

3. Dans Éphésiens 4.8-10, Paul souligne que c’est le Christ ressuscité, monté au ciel, qui a fait des dons à l’Église. C’est un argument très fort qui démontre que, si l’Église existait avant son ascension, elle devait manquer de dons pour son édification.

Nous croyons qu’il est possible de montrer non seulement que l’Église a commencé dans la nouvelle dispensation, mais encore, plus précisément, qu’elle a été constituée le jour de la Pentecôte.

4. Il est dit, dans 1 Corinthiens 12.13, que le corps de Christ a été formé par le baptême du Saint-Esprit. Pouvons-nous alors déterminer le moment où le baptême du Saint-Esprit a eu lieu ? Dans Actes 1.5, immédiatement avant son ascension, le Seigneur a promis aux apôtres : «Dans peu de jours, vous serez baptisés du Saint-Esprit». Le jour de la Pentecôte, «ils furent tous remplis du Saint-Esprit et se mirent à parler en d’autres langues, selon que l’Esprit leur donnait de s’exprimer» (Actes 2.4 ; 11.15-16). Quand nous arrivons à Actes 5.11, nous voyons que l’Église, sans aucun doute, est déjà née, car nous lisons qu’«une grande crainte saisit toute l’Église…».Cela semble bien déterminer avec précision que l’Église a pris naissance à la Pentecôte.