Cours en ligne: Comment témoigner

Leçon: Introduction

>


Un des plus grands privilèges du chrétien, c’est d’être associé avec Dieu dans la tâche d’amener des âmes à Jésus-Christ (Proverbe 11.30). Peu d’actions accomplies par les hommes ont des conséquences aussi étendues. Celui qui rend témoignage touche au domaine de l’éternité et recevra une récompense éternelle (Daniel 12.3).

Dieu s’identifie tellement à ses témoins qu’il leur permet de parler comme si eux-mêmes étaient capables de sauver les âmes. Ainsi, dans Romains 11.14, Paul déclare en parlant de son peuple : « … afin, s’il est possible… d’en sauver quelques-uns. » Dans 1 Corinthiens 9.22, il dit : « Je me suis fait tout à tous, afin d’en sauver de toute manière quelques-uns. » Paul par lui-même ne pouvait sauver personne. Pourtant Dieu le laisse s’exprimer ainsi parce qu’il s’associe intimement aux humains qu’il utilise pour accomplir son œuvre.

Témoigner autour de soi n’est pas seulement un grand privilège, c’est aussi un devoir. Les trois textes suivants pris parmi beaucoup d’autres dans le N.T., soulignent la responsabilité de chaque chrétien dans ce domaine et exposent le plan de Dieu pour l’évangélisation du monde par le moyen du témoignage personnel.

Le premier concerne le grand ordre de mission (Matthieu 28.19-20). Le Seigneur ordonne à ses disciples :

1. Allez, faites de toutes les nations des disciples
2. Baptisez-les au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit
3. Enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit

Il serait vain de prétendre que ce commandement s’adresse à un groupe particulier de personnes ou se rapporte à une période définie de l’histoire. C’est l’ordre permanent du Seigneur ressuscité à chacun de ceux qu’il a rachetés par son sang.

Le second passage, Ephésiens 4.11-12, enseigne également qu’il incombe à chaque chrétien de rendre témoignage. Examinons ces versets de plus près.

1. v. 11. Le Christ ressuscité a fait des dons aux hommes. De quels dons est-il question ? Il a donné à des hommes les qualifications nécessaires pour propager la foi chrétienne. Quelques-uns de ces hommes étaient apôtres, d’autres prophètes, d’autres évangélistes, d’autres pasteurs ou enseignants.

2. v. 12. Pourquoi le Seigneur a-t-il donné ces hommes qualifiés ? Voici la réponse : pour le perfectionnement de tous les saints afin qu’ils soient équipés pour exercer leur ministère, en vue de l’édification commune du corps de Christ.

Remarquez l’expression employée : « Pour le perfectionnement des saints en vue de l’œuvre du ministère et (en vue) de l’édification du corps de Christ ».

C’est un point très important. Les dons n’ont pas été donnés pour que les croyants se reposent, profitent de leur ministère et en dépendent constamment. Non, ces dons ont été accordés pour la formation des chrétiens et pour les rendre capables d’accomplir l’œuvre du ministère. (Cela ne signifie pas, bien sûr, que tous les croyants doivent devenir des prédicateurs, mais que, dans le plan de Dieu, il appartient à chaque chrétien de témoigner et de faire connaître le Christ.)

Le but de ces dons est d’équiper chaque enfant de Dieu pour un service actif dans l’œuvre du Seigneur. Répétons-le, ceci n’exclut pas une occupation séculière, mais signifie que les intérêts de Jésus-Christ doivent avoir la priorité dans nos vies et que notre travail quotidien nous permet d’être des témoins actifs pour le Seigneur.

Le dernier passage est 2 Timothée 2.2. L’apôtre Paul, s’adressant à Timothée, écrit : « Ce que tu as entendu de moi en présence de beaucoup de témoins, confie-le à des hommes fidèles, qui soient capables de l’enseigner aussi à d’autres. » Ce verset est important, car il nous montre le plan à suivre dans l’évangélisation personnelle. Chacun de nous est appelé à transmettre la vérité à d’autres, leur enseignant à faire de même, afin que la connaissance de Jésus-Christ s’étende.

Quelqu’un a remarqué qu’il y a, dans ce verset 2 Timothée 2.2, quatre générations de chrétiens. Une famille peut s’agrandir très rapidement ! En partant d’un membre et en supposant que le nombre de croyants double chaque année, après 31 ans, il existerait 2.147.483.648 chrétiens.

Cette loi de multiplication peut s’observer partout dans la nature. En cinq ans, un seul grain de blé ou de riz peut en produire des tonnes. Il n’est donc pas surprenant que la Bible emploie très souvent l’image des semailles pour illustrer l’œuvre d’évangélisation (Psaume 126.6 ; Ecclésiaste 11.6 ; Matthieu 13.1‑23).

En résumé, nous avons appris que le témoignage personnel est :

1. un privilège inestimable, aux conséquences éternelles
2. une responsabilité impliquant chaque chrétien
3. la méthode divine permettant d’atteindre le plus grand nombre de personnes en un minimum de temps

La question que chacun d’entre nous devrait maintenant se poser est celle-ci : « Que vais-je faire ? » À celui qui hésiterait à répondre, nous proposons de lire ce commentaire d’un athée :

« Si je croyais fermement, comme des millions de gens prétendent le faire, que la connaissance et la pratique des vérités religieuses pendant cette vie déterminent notre destinée dans une autre existence, la religion serait tout pour moi. Je considérerais tous les plaisirs du monde comme de la boue, les préoccupations terrestres comme de la folie, et les pensées et sentiments humains comme étant vanité. La religion serait ma première pensée au réveil et ma dernière pensée avant de m’endormir. Je combattrais pour sa cause seule. J’estimerais qu’une vie de souffrance n’est pas un prix trop élevé pour le Salut d’une âme. Je ne me laisserais ni arrêter ni réduire au silence par des circonstances terrestres. Les joies et peines terrestres n’auraient aucune emprise sur mes pensées. Je m’efforcerais de ne regarder qu’à l’éternité et aux âmes immortelles autour de moi qui, bientôt, seront pour toujours heureuses ou pour toujours misérables. Je m’en irais par le monde pour prêcher en temps et hors de temps, et mon texte serait celui-ci : Que sert-il à un homme de gagner le monde entier, s’il perdait de son âme ? »

« La dernière chose que Satan désire, c’est que vous gagniez une âme à Jésus-Christ. Vous pouvez aller aux réunions de prière, parler de choses religieuses, même accomplir des miracles, le diable ne vous en empêchera pas, pourvu que vous ne cherchiez pas à persuader les hommes à accepter le Christ comme leur Sauveur et Seigneur, et à le confesser ouvertement comme tel devant les hommes. » (Charles M. Alexander)