Cours en ligne: Dois-je me faire baptiser ?

Leçon: Pourquoi baptise-t-on les croyants ?

>


Nous lisons que Jésus, au début de son ministère, a enseigné et baptisé (Jean 3.22, 26). Par la suite Il a apparemment délégué à ses disciples la responsabilité de baptiser (Jean 4.2). Mais nous pouvons nous demander : « Pourquoi ceux qui suivaient Jésus ont-ils été baptisés ? Qui a inventé le baptême chrétien ? » Avant de monter au ciel, Jésus-Christ a donné des instructions claires à ses disciples : « Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit » (Matthieu 28.19). C’est ce que nous appelons « le baptême des croyants ».

Il est intéressant de voir que la pratique du baptême a commencé bien plus tôt. Jean-Baptiste, par exemple, a pratiqué le baptême. Dans la tradition juive nous trouvons aussi plusieurs sortes de baptêmes. Nous aborderons certaines de ces pratiques dans la suite de ce cours, dans l’unique but de les différencier du « baptême des croyants », celui que le Seigneur nous appelle à pratiquer. Dans cette leçon nous allons voir :

1. Que veut dire l’expression « le baptême des croyants » ?
2. Pourquoi doit-on se faire baptiser ?
3. Pourquoi faut-il naître de nouveau avant de se faire baptiser ?

1. Que veut dire l’expression « le baptême des croyants » ?

Le baptême des croyants est l’acte symbolique par lequel une personne qui a accepté le Seigneur Jésus-Christ affirme en public qu’elle est un disciple de Jésus-Christ. Le baptême est donc le symbole externe d’une transformation interne. Il consiste à se faire immerger dans l’eau et à en ressortir, confessant de cette manière qu’on est mort et ressuscité avec Christ.

Le mot « baptiser » vient du terme grec « baptizo », qui veut dire « plonger » ou « immerger ». Ce terme grec s’employait également dans la teinturerie. Le tissu ou lainage était entièrement plongé ou « baptisé » dans le bain de teinture afin de le teindre durablement. Nous en tirons que le baptême symbolise une identification intime. Lorsqu’un chrétien se fait baptiser, il est « plongé » de manière visible en Jésus-Christ (Romains 6.3) et dans le Corps de Christ, qui est l’Église (1 Corinthiens 12.13). Ainsi la personne qui se fait baptiser s’identifie d’une manière visible avec le Seigneur et son Église.

2. Pourquoi doit-on se faire baptiser ?

Simplement, parce que notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ désire que chaque croyant soit baptisé, comme nous le lisons dans la Bible. Ses paroles dans Matthieu 28.19 expriment un ordre qui s’adresse à tous, à vous comme à moi. Jésus-Christ Lui-même désire et attend que chaque croyant cherche à se faire baptiser.

Le Seigneur Jésus-Christ ne prévoit pas qu’un croyant qui a déjà fait l’expérience de la nouvelle naissance ne soit pas baptisé. Si vous croyez en Jésus-Christ mais n’avez pas été baptise, votre situation n’est pas normale.

Les apôtres et les premiers croyants ont pris très au sérieux ces instructions données par le Seigneur Jésus-Christ. Ils ont prêché la Parole de Dieu, et « ceux qui acceptèrent sa parole furent baptisés » (Actes 2.41). Plus loin, dans Actes 8.35-36, nous lisons que Philippe « annonça la bonne nouvelle de Jésus-Christ » à l’Éthiopien qui rentrait de Jérusalem. Lorsque Philippe avait fini de parler, l’Éthiopien lui a dit : « Voici de l’eau ; qu’est-ce qui m’empêche d’être baptisé ? » Pourquoi l’Éthiopien a-t-il posé une telle question ? Nous devons en conclure que l’enseignement concernant le baptême faisait partie de l’annonce de la bonne nouvelle de Jésus-Christ. Cela signifie que si nous ne prêchons pas le baptême du croyant, si nous ne le promouvons ni le pratiquons, nous communiquerons un évangile incomplet. Si nous regardons les exemples que nous trouvons dans les Actes des Apôtres, nous voyons que, sans exception, le nouveau croyant était baptisé aussitôt que possible après sa conversion.

Nous en tirons la conclusion suivante : Le baptême est sans aucun doute la volonté du Seigneur Jésus-Christ pour chaque croyant.

3. Pourquoi faut-il être croyant avant de se faire baptiser ?

Le baptême d’eau est un symbole, une représentation de ce qui s’est passé le jour de la conversion. Lorsqu’une personne décide de remettre sa vie au Seigneur, elle le reçoit dans son cœur en toute sincérité. À cet instant, la personne « meurt » avec Jésus-Christ, est « ensevelie » avec Christ et « ressuscite » avec Christ. C’est ce qu’on appelle « l’identification » avec Jésus-Christ. Lorsque Jésus-Christ est mort et ressuscité, Il a pris sur Lui la punition que je méritais. C’est comme si j’étais mort et ressuscité avec Lui. Aux yeux de Dieu, le croyant est considéré comme celui qui a été crucifié, est mort, enseveli et ressuscité en Jésus-Christ. Par conséquent, « Il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ. » (Romains 8.1) C’est merveilleux ! Cette identification se produit par décret de Dieu pour chaque croyant au moment même de sa conversion, et personne ne peut l’annuler.

À l’instant même où vous et moi nous nous soumettons au Seigneur, Dieu nous identifie non seulement avec Jésus-Christ mais aussi avec l’Église, qui est le Corps de Christ. L’Église n’est pas une famille d’églises, mais un groupe qui comprend tous les vrais croyants du monde entier et de tous les temps. Ces deux identifications (avec Jésus-Christ et avec l’Église) sont des actes spirituels, qui se produisent par décret divin au moment de la conversion. Lorsqu’ils se sont produits, personne ne peut plus les annuler.

Le baptême représente ce qui se passe lors de la conversion. Il est le symbole visible d’une transformation spirituelle invisible. Symboliquement, la personne est « ensevelie » dans l’eau, et en ressort « ressuscitée ». Le baptême est une parabole de la réalité spirituelle qui a eu lieu le jour de la conversion.

Si nous comprenons les choses ainsi, pourquoi baptiserions-nous quelqu’un qui ne s’est pas encore donné à Jésus-Christ ? L’ordre établi dans la Bible est : d’abord, croire, ensuite se faire baptiser. D’abord, faire des disciples, ensuite, les baptiser. Évidemment, seuls ceux qui ont déjà fait l’expérience spirituelle peuvent en donner la représentation dans les eaux du baptême. Dans le cas contraire, ils ne feraient que présenter un mensonge devant Dieu, l’Église et le monde.

Question personnelle

À ce stade, il convient de poser la question suivante : Êtes-vous un croyant ? Avez-vous fait l’expérience de la nouvelle naissance ? Avez-vous reçu le Salut  éternel et le pardon de vos péchés par l’œuvre du Seigneur Jésus à la croix ? Si vous pouvez répondre par « oui », alors nous donnons gloire à Dieu pour sa grâce, et nous posons la question : « Avez-vous déjà été baptisé ? »