Cours en ligne: L'Epître aux Ephésiens

Leçon: Introduction

>


Importance de l’épître

L’épître aux Ephésiens est une des merveilles du Nouveau Testament. C’est l’épître de la plénitude. Elle détaille les bénédictions accordées aux croyants (individuellement ou collectivement). Jésus-Christ y est présenté comme le chef de l’Eglise. De toutes les épîtres de Paul, l’épître aux Ephésiens est à la fois la moins personnelle et la plus profonde sur le plan spirituel.

Comme nous le disions plus haut, l’enseignement de cette épître nous emmène au sommet de la révélation divine. Contrairement à la première épître aux Corinthiens, qui présente l’Eglise dans son cadre local et son fonctionnement, l’épître aux Ephésiens ne représente aucune église terrestre en particulier, mais embrasse l’Eglise Universelle. Dans la lettre aux Corinthiens, notre attention est constamment retenue par la ville de Corinthe, par une personne, par l’assemblée locale ; dans celle aux Ephésiens, nous sommes à peine conscients de l’existence d’une église terrestre. Elle est située « dans les lieux célestes », expression-clé de cette lettre.

Plus que toutes les autres, cette épître fait pénétrer le croyant dans les desseins éternels de Dieu, dans les temps passés et l’éternité future. Elle révèle en même temps le caractère actuel de l’Eglise, la relation des Juifs convertis et des païens, la source de l’exercice des dons dans l’Eglise, ainsi que le combat spirituel auquel l’enfant de Dieu doit faire face.

Auteur et date

Son auteur est l’apôtre Paul (1.1 et 3.1). Par les références 3.1 ; 4.1 et 6.20, nous apprenons qu’il est en prison. L’analogie qui existe entre cette lettre et celle aux Colossiens nous permet d’en déduire que les deux ont été rédigées à la même époque et au même endroit, c’est-à-dire à Rome, approximativement en l’an 60 après Jésus-Christ.

Problème textuel

Si pour l’épître aux Hébreux le problème est d’en connaître l’auteur, pour celle aux Ephésiens, c’est d’en découvrir les destinataires. Deux des meilleurs et plus importants manuscrits grecs omettent les mots « à Ephèse » (voir v. 1). On est frappé par l’absence presque totale de références locales et de salutations personnelles à l’intention des Ephésiens. Ces faits permettent de conclure qu’il s’agit d’une lettre circulaire, dont un exemplaire a été envoyé à l’église d’Ephèse. Cette façon de voir est toutefois contestée par certains.

En faveur du point de vue traditionnel, il est à noter que tous les autres manuscrits, sauf un, contiennent les mots « à Ephèse ». Cette lettre a toujours été appelée, pour autant qu’on le sache (sauf par Marcion, un hérétique gnostique), l’épître aux Ephésiens. Qu’une telle lettre ait été adressée aux Ephésiens, est plus que probable, vu le séjour prolongé et le ministère de Paul à Ephèse (Actes 19 et 20.17-38), ainsi que l’importance de cette ville dans les milieux chrétiens de l’époque.

Le caractère des révélations de cette épître peut expliquer l’absence d’allusions à des situations personnelles et de salutations aux destinataires, bien que celles-ci ne soient pas présentes dans toutes les épîtres de Paul (1 et 2 Thessaloniciens, Galates).

But et thème

L’épître aux Ephésiens, contrairement aux autres lettres de Paul, ne semble pas avoir été écrite pour répondre à une situation précise, comme par exemple pour combattre l’hérésie (Galates et Colossiens), remercier pour une lettre ou un don (Philippiens), donner des nouvelles et résoudre des problèmes (1 Corinthiens et 1 Thessaloniciens). Elle présente avec une puissance sans équivalent dans la Bible, la plus grande vérité concernant l’Eglise, le corps de Christ, « la plénitude de celui qui remplit tout en tous ». Elle place aussi chaque chrétien devant sa responsabilité de marcher constamment à la lumière de cette révélation de façon cohérente. Nous devons devenir (par notre marche) ce que nous sommes (spirituellement).

NOTE

Un parallélisme existe entre la lettre aux Ephésiens et deux autres épîtres du N.T. :           1 Pierre et Colossiens. 

Comparez ces quelques références :

Ephésiens

 

1 Pierre

 

Ephésiens

 

Colossiens

 

1.3

1.3

1,1

1.2

1.4

1.2

1.3

1.3

1.20ss

3.22

1.17

1.9

2.18

3.18

1.11

1.12

2.20

2.6

1.23

1.19

4.12

4.10

1.22,23

1.24

4.32

3.8

2.2

3.6

5.21

2.18; 3.1

2.15

1.22

5.22

3.1,5

4.1

1.10

 

 

4.13

2.2

 

 

4.16

2.19

 

 

5.22,25

3.18,19

 

 

6.1,4

3.20,21

 

 

6.5,9

3.22; 4.1

 

Les similarités entre la première épître de Pierre et la lettre aux Ephésiens ne sont pas aussi évidentes que celles qui existent entre la lettre aux Colossiens et celle aux Ephésiens. Elles se trouvent davantage dans la pensée que dans les mots. Dans la première épître de Pierre, nous sommes des pèlerins et des étrangers en marche vers la maison paternelle, dans la lettre aux Ephésiens, nous habitons « dans les lieux célestes ». Dans l’épître aux Colossiens, Christ est la tête de l’Eglise ; dans celle aux Ephésiens, l’Eglise est le corps de Christ. Selon un commentateur biblique, « sur les 155 versets de cette épître, 78 se retrouvent sous une forme plus ou moins identique dans celle aux Colossiens ».

Une analogie existe aussi entre la lettre aux Ephésiens et la première épître aux Corinthiens. Ceci n’est pas surprenant puisque ces deux épîtres se rapportent à l’Eglise. La première épître aux Corinthiens est centrée sur l’Eglise locale assaillie par des difficultés. L’épître aux Ephésiens dépasse le cadre terrestre et présente l’Eglise universelle « dans les lieux célestes ». Là, elle n’est pas touchée par les problèmes décrits dans 1 Corinthiens. Nous reviendrons sur certaines de ces comparaisons et quelques-uns de ces contrastes au cours de notre étude.

Plan général de l’épître

 

I. L’église et sa doctrine (chap. 1-3)

A. Salutations (1.1-2)

B. Fondement et gloire de l’Eglise (1.3-23)

1. Fondement de l’Eglise (1.3-14)

2. Gloire de l’Eglise (1.15-23)

C. Caractère et formation de l’Eglise (2.1-22)

1. Caractère de l’Eglise : individuellement (2.1-10)

a. État naturel (v. 1-3)

b. Position par grâce (v. 4-10)

2. Formation de l’Eglise : collectivement (2.11-22)

a. Condition passée (v. 11-12)

b. Unité présente (v. 13-18)

c. Destination finale (v. 19-22)

D. Fonction et plénitude de l’Eglise (3.1-21)

1. Fonction de l’Eglise (3.1-13)

2. Plénitude de l’Eglise (3.14-21)

 

II. Instructions pratiques pour le chrétien (chap. 4-6)

A. Vocation du chrétien (4.1-16)

1. Unité de l’esprit (v. 1-6)

2. Diversité des membres (v. 7-16)

B. Comportement du chrétien (4.17 – 6.9)

1. Le chrétien et sa vie personnelle (4.17-32)

a. Contrastes entre deux principes de vie (v. 17-24)

1) le vieil homme (v. 17-19)

2) l’homme nouveau (v. 20-24)

b. Contrastes entre deux genres de vie (v. 25-32)

2. Le chrétien et la vie sociale (5.1-21)

a. Marchez dans l’amour (v. 1-5)

b. Marchez dans la lumière (v. 6-14)

c. Conduisez-vous avec sagesse (v. 15-21)

3. Le chrétien et la vie familiale (5.22 – 6.9)

a. Femmes et maris (5.22-33)

b. Enfants et parents (6.1-4)

c. Serviteurs et maîtres (6.5-9)

C. Le combat du chrétien (6.10-20)

1. Le soldat (v. 10-11)

2. La guerre (v. 12)

3. Les armes (v. 13-20)

 

III. Conclusion (6.21-24)

Suggestions pour une étude complémentaire

1. À l’aide d’une concordance ou d’un logiciel comme Bible Online, notez toutes les références concernant Ephèse dans le N.T. Quelle était l’importance de cette ville au temps de l’église primitive ? À l’exception de la lettre aux Ephésiens, combien de messages ou de lettres sont directement ou indirectement adressés à Ephèse ?

2. Sur une carte géographique biblique, cherchez Ephèse et Colosses. Qui était le porteur de chacune de ces lettres ? Pourquoi est-il probable, au vu des circonstances géographiques, que ces deux lettres aient été expédiées en même temps ?